Atlantis Online
June 16, 2024, 03:49:56 pm
Welcome, Guest. Please login or register.

Login with username, password and session length
News: Has the Location of the Center City of Atlantis Been Identified?
http://www.mysterious-america.net/hasatlantisbeenf.html
 
  Home Help Arcade Gallery Links Staff List Calendar Login Register  

Beast of Gévaudan

Pages: 1 2 [3] 4 5 6 7 8   Go Down
  Print  
Author Topic: Beast of Gévaudan  (Read 4291 times)
the Coming Darkness
Superhero Member
******
Posts: 1137



« Reply #30 on: June 08, 2009, 10:54:25 pm »

En vain Denneval se résolut-il à des expédients indignes de sa grande renommée; en vain empoisonna-t-il un cadavre qu’il exposa en manière de piège, aux environs d’un bois où la présence du monstre avait été signalée : celui-ci déchira le cadavre, en fit un bon repas, et ne parut pas s’en porter moins bien. Après dix semaines de battues et d’embuscades, après tant et tant de fusillades et de traquenards, il fallut bien convenir qu’il se moquait des gens, des balles et du poison. Les plus zélés chasseurs se décourageaient; Denneval se lamentait d’être mal secondé; les paysans riaient de lui et le déclaraient incapable de tuer le moindre lapin. Les esprits s’aigrissaient; le ton de la correspondance officielle, même, devenait acerbe, et l’on reprochait au Normand de trop ménager ses pas, sa peine et ses chiens.

Ce fut un beau temps pour la Bête. Elle se montrait journellement et ne se privait de rien. La liste de ses carnages est terrifiante : elle dévora, à la Clause, une première communiante, Gabrielle Peissier, dont elle arrangea si proprement la tête coupée, les vêtements et le chapeau, que lorsqu’on découvrit les restes de la fillette on la crut simplement endormie. Le 18 avril, elle tue un vacher de douze ans, le saigne comme aurait fait un boucher, mange ses joues, ses yeux, ses cuisses et lui disloque les genoux. À Ventuejols, elle égorge une femme de quarante ans, puis deux filles dont elle suce tout le sang et arrache le coeur...

Il n’est point de village dans le Gévaudan dont les registres de paroisse ne portent, dans cette période de printemps de 1765, maintes sinistres mentions de ce genre : "Acte de sépulture du corps de... mangé en partie par la Bête féroce..." Toujours aperçue, traquée, fusillée, poursuivie, empoisonnée, et aussi toujours affamée, elle reparaissait chaque jour et semblait s’amuser de la terreur qu’elle inspirait : on la voyait, de loin, s’embusquer auprès d’un buisson, s’asseoir sur son derrière, et gesticuler avec ses pattes de devant, comme pour narguer ses futures victimes.

Le bruit de ses exploits avait passé les mers; les Anglais, se sentant bien à l’abri dans leur île, se moquaient fort des terreurs du Gévaudan : une gazette de Londres annonçait plaisamment qu’une armée française de cent vingt mille hommes avait été défaite par cet animal féroce qui, après avoir dévoré vingt-cinq mille cavaliers et toute l’artillerie, s’était trouvé le lendemain vaincu par une chatte dont il avait mangé les petits.
Report Spam   Logged
Pages: 1 2 [3] 4 5 6 7 8   Go Up
  Print  
 
Jump to:  

Powered by EzPortal
Bookmark this site! | Upgrade This Forum
SMF For Free - Create your own Forum
Powered by SMF | SMF © 2016, Simple Machines
Privacy Policy