Atlantis Online

the Unexplained => Cryptozoology => Topic started by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:34:36 pm



Title: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:34:36 pm
Beast of Gévaudan

The Beast of Gévaudan (French: La bête du Gévaudan) is a name given to man-eating wolf-like animals that terrorized the former province of Gévaudan (modern day département of Lozère), in the Margeride Mountains in south-central France from 1764 to 1767 over an area stretching 90 by 80 kilometres (56 mi × 50 mi).[2] The beasts were consistently described by eyewitnesses as having formidable teeth and immense tails. Their fur had a reddish tinge, and was said to have emitted an unbearable odor. They killed their victims by tearing at their throats with their teeth. The number of victims differs according to source. De Beaufort (1987) estimated 210 attacks, resulting in 113 deaths and 49 injuries; 98 of the victims killed were partly eaten.[2] Author Brockis claims 25 women, 68 children, and 6 men were killed, with over 30 others injured.[3] An enormous amount of manpower and resources was used in the hunting of the animals, including the army, conscripted civilians, several nobles, and a number of royal huntsmen.[2] All animals operated outside of ordinary wolf packs, though eyewitness accounts indicate that they sometimes were accompanied by a smaller female, which did not take part in the attacks. The story is a popular subject for cryptozoologists and conspiracy theorists.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:35:44 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ac/Gevaudanwolf.jpg)

AKA: La bête du Gévaudan (French)
Wolf of Chazes
Lycopardus parthenophagus[1]

Artist's conception of one of the Beasts of Gevaudan, 18th-century engraving by A.F. of Alençon
Creature
Grouping    Wolves or wolf-dog crossbreds
Data
First reported    1764
Last sighted    1767
Country     France
Region    Gévaudan (modern-day Lozère)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:36:11 pm
Similar events

The Gévaudan attacks were not considered isolated events. A century earlier, similar killings occurred in 1693 at Benais, in which over 100 victims, almost all of them women and children, were claimed by a creature described as exactly resembling the Gévaudan Beasts. During the events in Gévaudan, another beast was sighted at Sarlat, a prehistoric cavernous region just outside Gevaudan, on 4 August 1767.[3] Four decades after the Gévaudan attacks, more attacks occurred between 1809 and 1813 in Vivarais, when at least 21 children and adolescents were killed by another beast. From 1875 to 1879, more attacks occurred in L'Indre. All these killings, including the Gévaudan attacks, seem to have occurred mostly in four year periods. Attacks by wolf-like creatures continued to be reported in France up until 1954.[3]


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:37:06 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/66/Woman_%26_La_Bete.jpg)

Woman defending herself from the Beast of Gévaudan, 18th century print.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:38:01 pm
Attacks

The first attack that provided a description of one of the creatures took place on 1 June 1764. A woman from Langogne saw a large, lupine animal emerge from the trees and charge directly toward her, but it was driven away by the farm's bulls.

On 30 June, the first official victim of the beast was Jeanne Boulet, killed near the village of Les Hubacs, not far from Langogne.

The beast also seemed to target people over farm animals, reportedly having an aversion to cattle; many times it would attack someone while cattle were in the same field.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:38:25 pm
Hunt for the beasts

Death of the first beast


On 12 January 1765, Jacques Portefaix and six friends, including two girls, were attacked by the Beast; they drove it away by staying grouped together. Their fight caught the attention of King Louis XV, who awarded 300 livres to Portefaix, and another 300 livres to be shared among the others. He also directed that Portefaix be educated at the state's expense. The King then directed professional wolf-hunters, Jean-Charles-Marc-Antoine Vaumesle d'Enneval and his son Jean-François, to kill the beast. He had taken a personal interest in the attacks. They arrived in Clermont-Ferrand on 17 February 1765, bringing with them eight bloodhounds which had been trained in wolf-hunting. They spent several months hunting wolves, believing them to be the beast. However the attacks continued, and by June 1765 they were replaced by François Antoine (also wrongly named Antoine de Beauterne), the king's harquebus bearer and Lieutenant of the Hunt. He arrived in le Malzieu on 22 June.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:38:52 pm
On 21 September 1765, Antoine killed a large grey wolf measuring 80 centimetres (31 in) high, 1.7 metres (5.6 ft) long, and weighing 60 kilograms (130 lb). The wolf was called Le Loup de Chazes, after the nearby Abbaye des Chazes. It was agreed locally that this was quite large for a wolf. Antoine officially stated: "We declare by the present report signed from our hand, we never saw a big wolf that could be compared to this one. Which is why we estimate this could be the fearsome beast that caused so much damage." The animal was further identified as the culprit by attack survivors, who recognized the scars on the creature's body, inflicted by victims defending themselves.[2] The wolf was stuffed and sent to Versailles where Antoine was received as a hero, receiving a large sum of money as well as titles and awards.

However, on 2 December 1765, another beast emerged in la Besseyre Saint Mary, severely injuring two children. Dozens more deaths are reported to have followed.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:39:21 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1b/Antoine_de_Beauterne.jpg)

Antoine killing the Wolf of Chazes, 18th-century engraving.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:39:47 pm
Death of the second beast

The killing of the creature that eventually marked the end of the attacks is credited to a local hunter, Jean Chastel, at the Sogne d'Auvers on 19 June 1767. Later novelists (Chevalley, 1936) introduced the idea that Chastel shot it with a silver bullet of his own manufacture.[4] Upon being opened, the animal's stomach was shown to contain human remains.[2]

Controversy surrounds Chastel's account of his success. Family tradition claimed that, when part of a large hunting party, he sat down to read the Bible and pray. During one of the prayers the creature came into sight, staring at Chastel, who finished his prayer before shooting the beast. This would have been aberrant behavior for the beast, as it would usually attack on sight. Some believe this is proof Chastel participated with the beast, or even that he had trained it. However, the story of the prayer may simply have been invented out of religious or romantic motives


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:40:09 pm
Identity of the beasts

Various explanations were offered at the time of the attacks as to the beast's identity. They ranged from exaggerated accounts of wolf attacks, to a loup-garou (English: werewolf), all the way to the beast being a punishment from God.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:40:38 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/54/Wolf_of_Chazes.jpg)

The wolf shot by François Antoine on 21 September 1765, displayed at the court of Louis XV


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:41:07 pm
Suggested species

Richard H. Thompson, author of Wolf-Hunting in France in the Reign of Louis XV: The Beast of the Gévaudan, contended that there can be satisfactory explanations based on large wolves for all the Beast's depredations.[5] Though wolves in the wild usually avoid contact with humans, they will attack livestock when their natural prey runs out. Conversely, the beasts themselves were said to have preferentially taken human victims, ignoring the livestock present in the area. Some experts, however, state that wolves at the time may have been more aggressive than their modern-day counterparts, saying that today's generation of shy wolves is the result of natural selection favoring animals which were less prone to attacking humans with firearms.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:41:24 pm
In areas of the modern world where wolf attacks are still a regular occurrence, the afflicted communities are usually poverty-stricken with a general lack of predator control technology[6], mirroring the situation of the Gévaudanais of the 18th century. A Fennoscandian study on wolf attacks occurring in the 18th–19th centuries indicated that until the 20th century, wolf predation on humans was an occasional, but widespread feature of life in Europe. The study further showed that similarly to the Beast of Gévaudan, victims of wolf attacks were almost entirely children, and in the few cases when an adult was killed, it was almost always a woman.[7] Like wolves,[2] the beast killed its human victims by attacking the facial regions.[1]


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:41:32 pm
Another explanation is that the beasts were some type of domestic dog or crosses between wild wolves and domestic dogs, on account of their large size and unusual coloration.[2] This theory has found support from naturalist Michel Louis, author of the book La bête du Gévaudan: L'innocence des loups (English: The Beast of Gévaudan: The innocence of wolves) and an episode of Animal X. Wolf-dog crossbreds were usually noted as not sharing their wolf parent's fear of man. In many cases the resulting adult crossbred may be larger than either of its parents due to the genetic phenomenon of heterosis.[8] Observations on wild wolf-dog crossbreds in the former Soviet Union indicate that they may form larger packs than pure wolves, and have greater endurance when chasing prey.[9]


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:42:01 pm
In the arts and popular culture

Robert Louis Stevenson traveled through the region in 1878 and described the incident in his book Travels with a Donkey in the Cévennes, in which he claims that that at least one of the creatures was a wolf:

    For this was the land of the ever-memorable Beast, the Napoleon Bonaparte of wolves. What a career was his! He lived ten months at free quarters in Gévaudan and Vivarais; he ate women and children and ‘shepherdesses celebrated for their beauty’; he pursued armed horsemen; he has been seen at broad noonday chasing a post-chaise and outrider along the king’s high-road, and chaise and outrider fleeing before him at the gallop. He was placarded like a political offender, and ten thousand francs were offered for his head. And yet, when he was shot and sent to Versailles, behold! a common wolf, and even small for that.




Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:42:40 pm
Film

There are two recent films based on the attacks of the Beast: Brotherhood of the Wolf (2001)[10], directed by Christophe Gans, and La bête du Gévaudan (2003)[11], directed by Patrick Volson.

Brotherhood of the Wolf, while based on the records of the creature, also took several creative liberties in order to make the story more entertaining. Rather than a wolf or wolf-dog crossbreed, the movie portrays the creature as a lion equipped with armor to make it seem more threatening. The Beast is the instrument of the film's titular secret organization, which attempts to undermine public confidence in the king and ultimately take over the country by stating that the Beast is a divine punishment for the King's indulgence of the modern embrace of science over religion.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:44:02 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8f/Gevaudan_Monster.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:44:21 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fa/Gevaudan-monster2.png)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:44:40 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/38/Gevaudan_Monster_2.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:44:57 pm
The Beast of Gévaudan (French: Bête du Gévaudan) was a creature that terrorized the general area of the former province of Gévaudan, in today's Lozère département, in the Margeride Mountains in south-central France, in the general timeframe of 1764 to 1767.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:45:47 pm
Wolf of Soissons


The Wolf of Soissons was a man-eating wolf which terrorized the commune of Soissons northeast of Paris over a period of two days in 1765, attacking eighteen people, four of which died from their wounds.

The first victims of the wolf were a pregnant woman and her unborn child, attacked in the parish of Septmont on the last day of February. Diligent locals had taken the infant, a scant four or five months old, from the womb to be baptized before it died when the wolf struck again not three hundred yards from the scene of the first attack. One Madame d'Amberief and her son survived only by fighting together.

On 1 March near the hamlet of Courcelles a man was attacked by the wolf and survived with head wounds. The next victims were two young boys, named Boucher and Maréchal, who were savaged on the road to Paris, both badly wounded. A farmer on horseback lost part of his face to the wolf before escaping to a local mill, where a boy of seventeen was caught unawares and slain. After these atrocities the wolf fled to Bazoches, where it partially decapitated a woman and severely wounded a girl, who ran screaming to the village for help. Four citizens of Bazoches set an ambush at the body of the latest victim, but when the wolf returned it proved too much for them and the villagers soon found themselves fighting for their lives. The arrival of more peasants from the village finally put the wolf to flight, chasing it into a courtyard where it fought with a chained dog. When the chain broke the wolf was pursued through a pasture, where it killed a number of sheep, and into a stable, where a servant and cattle were mutilated.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:45:56 pm
The episode ended when one Antoine Saverelle, former member of the local militia, tracked the wolf to small lane armed with a pitchfork. The wolf sprang at him but he managed to pin its head to the ground with the instrument, holding it down for roughly fifteen minutes before an armed peasant came to his aid and killed the animal. Saverelle received a reward of three-hundred livres from Louis XV of France for his bravery.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:46:27 pm
Wolves of Périgord

The Wolves of Périgord were a pack of man-eating wolves that dominated the northwestern regions of Périgord, France, in February of 1766. According to official records, the wolves killed eighteen people and wounded many others before they were eliminated.

Louis XV took personal interest in the case, rewarding a man for his courage in saving a victim of the wolves with the promise of a cash reward and an exemption of militia service for his children. The man, a sexagenarian with a billhook, had rescued an armed marksman and his companions from marauding wolves after their gunpowder had been depleted. Records indicate that citizens of Périgord, known as Sieurs de Fayard, killed three wolves, and a professional hunter slew a fourth. A general hunt ended in the death of two wolves, male and female. The female was noted as having a double row of teeth in the jaw, suggesting the possibility of wolf-dog hybridization.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:47:00 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f7/Wolves_of_Perigord.jpg)

Two of the Wolves of Perigord, on display at the chateau of Razac, Thiviers


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:47:35 pm
Wolf of Sarlat


The Wolf of Sarlat attacked and wounded seventeen people in Sarlat, France, in June 1766. Unlike other wolves that had become man-eaters, it was notable in that it attacked only grown men, standing on its hind legs to get at the face and neck. A burgher of Saint-Julien, Monsieur Dubex de Descamps, gathered a hunting party of one-hundred men and set out after the animal. In the pursuit the wolf turned on the hunters, injuring two of them. Dubex trapped the wolf in a meadow, dismounted, and shot it at point-blank range as it charged him. The wolf was roughly thirty inches at the withers and four feet, four inches in length. The huntsmen noted that its appearance combined some physical characteristics typical of foxes and greyhounds, suggesting hybridization.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:48:17 pm
Wolves of Paris

The Wolves of Paris were a man-eating wolf pack that entered Paris during the winter of 1450 through breaches in the city walls, killing forty people. A wolf named Courtaud, or "Bobtail", was the leader of the pack. Eventually the wolves were destroyed when Parisians, furious at the depredations, lured Courtaud and his pack into the heart of the city, where they were stoned and speared to death before the gates of Notre Dame Cathedral.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:49:06 pm
Wolf of Ansbach

The Wolf of Ansbach was a man-eating wolf that attacked and killed an unknown number of people in the Principality of Ansbach in 1685, then a part of the Holy Roman Empire.

Initially a nuisance preying on livestock, the wolf soon began attacking women and children. The citizens of Ansbach believed the animal to be a werewolf, a reincarnation of their late and cruel Bürgermeister, whose recent death had gone unlamented. During an organized hunt the locals succeeded in driving the wolf from a nearby forest and chasing it down with dogs until it leaped into an uncovered well for protection. Trapped, the wolf was slain, and its carcass paraded through the city marketplace. It was dressed in a man's clothing and, after severing its muzzle, the crowd placed a mask, wig, and beard upon its head, giving it the appearance of the former Bürgermeister. The wolf's body was then hanged from a gibbet for all to see until it underwent preservation for permanent display at a local museum.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:49:41 pm
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/53/Burgomaster_wolf.gif)

The Wolf of Ansbach, chased into a well and displayed on a gibbet


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:51:47 pm
(http://www.betedugevaudan.com/images/image_intro.jpg)

Welcome on the web site of the Beast of Gévaudan

http://www.betedugevaudan.com/en/index.html


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:52:24 pm
L'histoire

Au commencement de juin de l’année 1764, une femme de Langogne, en Gévaudan, gardant son troupeau de boeufs, aux environs du bourg, fut attaquée par une bête féroce. Les chiens, à l’aspect de la Bête, tremblants de peur, s’enfuirent la queue basse; les boeufs, au contraire, vaillamment groupés autour de leur gardienne, mirent l’animal en fuite. La femme, au reste, n’était pas blessée; elle rentra à Langogne, très émue, la robe et le corsage en lambeaux. À la description qu’elle fit du monstre qui l’avait assaillie, on comprit que la peur lui avait quelque peu troublé la tête. C’était un loup, tout simplement, assuraient les sceptiques; peut-être un loup enragé; le fait n’était pas rare, et l’on n’en parla plus.

Mais quelques semaines plus tard, le bruit se répand, dans toute la vallée de l’Allier supérieur, que la Bête a reparu. Le 3 juillet, à Saint-Étienne-de-Lugdarès, en Vivarais, elle a dévoré une fillette de quatorze ans; le 8 août, elle attaque une fille de Puy-Laurent, en Gévaudan, et la déchire; trois garçons de quinze ans, du village de Chayla-l’Évêque, une femme d’Arzenc, une fillette du village de Thorts, un berger de Chaudeyrac, sont trouvés morts dans les champs; leurs corps, horriblement mutilés, sont à peine reconnaissables. En septembre, une fille de Rocles, un homme de Choisinet, une femme d’Apcher, disparaissent; on recueille leurs débris et des lambeaux de leurs vêtements épars dans les champs et dans les bois. Le 8 octobre, un homme jeune de Pouget rentre au village terrifié, à demi mort : il a rencontré, dans un verger, la Bête, qui lui a lacéré la peau du crâne et de la poitrine. Deux jours plus tard, un enfant de treize ans a également le front ouvert et le cuir chevelu arraché. Le 19, une fille de vingt ans est trouvée aux environs de Saint-Alban, dans une prairie, affreusement déchiquetée : la Bête s’était acharnée sur elle, "avait bu tout son sang", et dévoré ses entrailles.

Tout le Gévaudan en tremblait. Le capitaine Duhamel, aide-major des dragons de Langogne, s’était volontairement mis à la tête d’une troupe de hardis paysans afin de donner la chasse à l’animal mystérieux. Il avait même cerné et tué un grand loup qui lui avait valu dix-huit livres de prime mais les gens de la campagne ne se rassuraient point ; ce vulgaire loup n’était pas la Bête, ainsi qu’on s’efforçait à le leur faire croire, et, de ce fait, on apprit presque aussitôt que celle-ci se moquait des chasseurs et poursuivait ses ravages. Un soir d’octobre, un paysan du village de Julianges, Jean-Pierre Pourcher, rangeait des bottes de paille dans sa grange; le soir tombait, la neige couvrait la campagne. Tout à coup, une ombre passe devant l’étroite fenêtre du hangar. Pourcher est pris d’une "espèce de frayeur", il va décrocher son fusil, se poste à la lucarne de son écurie et il aperçoit dans la rue du village, devant la fontaine, un animal monstrueux et tel qu’il n’en a jamais vu.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:52:36 pm
"C’est la Bête, c’est la Bête !" se dit-il.

Quoiqu’il fût très fort et courageux, il tremblait au point que ses mains pouvaient à peine tenir son arme. Pourtant, ayant fait le signe de la croix, il épaule, vise, tire; la bête tombe, se relève, secoue la tête sans bouger de place et regardant de tous les côtés d’un air furieux. Pourcher lâche un second coup : la Bête jette un cri terrifiant, fléchit sur ses pattes et s’enfuit en faisant "un bruit semblable à celui d’une personne qui se sépare d’une autre après une dispute". De ce soir-là, Pourcher resta bien convaincu que, à moins d’un miracle, tous les habitants du Gévaudan étaient destinés à être mangés...

De tels récits portaient au loin la terreur; les travaux des champs étaient délaissés, les routes désertes; les gens ne sortaient de chez eux qu’en troupes bien armées. Le capitaine Duhamel et ses dragons opéraient des battues journalières; 1200 paysans, porteurs de fusils, de faux, d’épieux, de bâtons, lui servaient d’escorte; dès qu’un méfait de la Bête était signalé, on se ruait en masse à sa poursuite. M. de Lafont, syndic à Mende; M. de Moncan, commandant général des troupes du Languedoc; un gentilhomme de la région, M. de Morangiès, et Mercier, le plus hardi chasseur du Gévaudan, s’étaient mis en campagne; ils battaient le pays de Langogne à Saint-Chély, et de Malzieu à Marjevols. Des crieurs allaient de village en village pour ameuter les paysans ; les braves se mobilisaient et, par les chemins neigeux, partaient résolument à la recherche du monstre

Un jour, la bande que commandait M. Lafont, en marche depuis soixante-douze heures, s’arrêta subitement tout près du château de la Baume. Qu’y a-t-il ? La Bête ! La Bête est là ! On vient de l’apercevoir dissimulée derrière un mur ; elle est couchée sur le ventre et guette un jeune berger qui, à quelque distance, garde des boeufs dans un pâturage. Mais elle a éventé l’ennemi; en quelques bonds, elle gagne un bosquet voisin. Cette fois, on la tient : les paysans se précipitent au nombre d’une centaine, cernent le petit bois, tandis que d’autres, avec précaution, se glissent sous les branches, battant les fourrés... La Bête, débuchée, prend son élan. Un chasseur la tire à dix pas; elle tombe, se relève, reçoit une seconde balle, tombe de nouveau, se relève encore et rentre dans le bois en clopinant. On la poursuit, on la fusille de tous côtés; la voici encore une fois en plaine, tombant à chaque décharge, se redressant toujours; on la voit enfin revenir au bosquet et s’y enfermer...


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:52:51 pm
On l’y poursuit jusqu’à la nuit sans la rencontrer. Comme on la croyait morte, on remit au lendemain la recherche de sa dépouille. À l’aube, 200 hommes, bien armés, explorèrent tous les buissons, écartant les branches, fouillant les amoncellements de feuilles mortes, jusqu’à ce qu’on apprît que deux femmes qui s’étaient risquées dans les champs, sur la bonne nouvelle que la Bête était tuée, l’avaient vu passer, très vivante, mais boitant un peu. Deux jours plus tard, à trois lieues de là, un jeune homme de Rimeize était rapporté tout sanglant, la peau du crâne enlevée, et le flanc ouvert. Le même jour, une enfant de Fontan était mordue à la joue et au bras; et l’on trouvait, dans un champ voisin de l’habitation de M. de Morangiès, le cadavre en lambeaux d’une fille de vingt et un ans que, malgré son épouvante, ses parents avaient forcée d’aller traire les vaches. C’était à désespérer ! Des dix mille chasseurs qui, à la fin d’octobre, s’étaient mis en campagne, il n’en restait plus un qui n’estimât toute tentative désormais inutile; le Gévaudan devait se résigner et subir avec une pieuse patience ce mystérieux et cruel fléau.

On savait bien maintenant que la Bête n’était pas un loup. Trop de gens l’avaient vue et donnaient d’elle des descriptions concordantes : c’était un animal fantastique, de la taille d’un veau ou d’un âne; il avait le poil rougeâtre, la tête grosse, assez semblable à celle d’un cochon, la gueule toujours béante, les oreilles courtes et droites, le poitrail blanc et fort large, la queue longue et fournie avec le bout blanc. Certains disaient que ses pieds de derrière étaient garnis de sabots comme ceux d’un cheval.

La Bête semblait douée d’une sorte d’ubiquité dénotant une agilité surprenante; dans le même jour on avait constaté sa présence en des endroits distants l’un de l’autre de sept à huit lieues. Elle aimait à se dresser sur son derrière et à faire de "petites singeries"; auquel cas elle paraissait "gaie comme une personne" et feignait de n’avoir point de méchanceté. Si elle était pressée, elle traversait les rivières en deux ou trois sauts; mais, quand elle avait le temps, on la voyait marcher sur l’eau sans se mouiller. Quelqu’un assurait l’avoir entendue rire et parler. Il était de tradition que lorsqu’une mère gourmandait son enfant et le menaçait de la Bête, celle-ci, avisée, on ne sait par qui, venait poser ses deux pattes de devant sur l’appui de la fenêtre et contemplait d’un air arrogant le bébé promis à sa convoitise. D’ailleurs elle dévorait rarement le cadavre de ses victimes, se contentant de le déchirer, de sucer leur sang, de scalper la tête et d’emporter le coeur, le foie et les intestins.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:53:03 pm
La calamité qui frappait le Gévaudan mettait en émoi tout le royaume; des journaux de Clermont et de Montpellier, la nouvelle était passée aux gazettes parisiennes, et la Bête faisait à la ville et à la cour, le sujet de toutes les conversations.

Le roi Louis XV, lui-même, bien qu’il eût d’autres soucis, voulut bien compatir aux malheurs de ses féaux sujets du Haut-Languedoc, et son ministre donna l’ordre de faire donner la troupe.

Conformément à ses instructions, le capitaine Duhamel vint, à la tête de ses dragons, installer son quartier général à Saint-Chély; il y tint conseil avec les tireurs les plus réputés de la région : MM. de Saint-Laurent et Lavigne ; puis il fit un plan de campagne qui consistait en huit battues; une gratification de deux mille, puis de six mille livres, fut promise à celui qui tuerait la Bête; aux prônes de toutes les paroisses fut donnée lecture des dispositions prises, et l’annonce de si sages mesures réconforta quelque peu les paysans. À moins qu’il ne fût vomi par l’enfer, le monstre devait, à coup sûr, succomber et l’on ne tarderait pas à apprendre sa fin. Même, pour plus d’assurance, ces messieurs des États de Languedoc ordonnèrent que sa dépouille serait apportée au lieu de leurs séances, afin que chacun pût se rendre compte que la Bête était enfin exterminée.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:53:18 pm
Les huit battues s’effectuèrent, dans l’ordre prescrit, du 20 au 27 novembre : elles ne donnèrent aucun résultat. Dès que les troupes eurent regagné leur cantonnement, on apprit que, durant l’expédition, la Bête avait poussé une pointe du côté de Sainte-Colombe; elle y avait tué cinq filles, une femme et quatre enfants... La terreur redoubla : l’évêque de Mende consacra un mandement à cette désolation publique et des oraisons furent ordonnées dans toute l’étendue du diocèse pour qu’il plût à Dieu de susciter un nouveau saint Georges, assuré d’avance de la vénération de tout le pays. Et tandis que les habitants étalent en prières, la Bête, en plein jour, le 6 janvier 1765, enlevait une mère de famille : Delphine Courtiol, au village de Saint-Méry. C’était assurait-on, sa soixantième victime, sans compter les malheureux, très nombreux, qu’elle avait, en six mois, blessés ou estropiés.

À cette époque – janvier 1765 – se place un incident qui mit en émoi tout le pays. Le 12, un berger du village de Chanaleilles âgé de douze ans, et nommé André Portefaix, gardait des bestiaux dans la montagne. Il était accompagné de quatre camarades et de deux fillettes plus jeunes que lui : par crainte de la Bête, ces enfants s’étaient armés de bâtons, à l’extrémité desquels ils avaient fiché des lames de couteaux. L’une des petites, soudain, poussa un cri : la Bête venait de surgir d’un buisson à quelques pas d’elle.

André Portefaix groupe tout son monde : les plus forts en avant, protégeant le reste de la troupe ; le monstre tourne autour d’eux, la gueule écumante. Les braves petits, serrés l’un contre l’autre, font le Signe de Croix et cherchent à se défendre à coups de leurs épieux : mais la Bête, s’élançant, saisit l’un des enfants à la gorge et l’emporte : c’est le petit Panafieux, qui a huit ans. Portefaix, héroïquement, se lance à la poursuite du fauve, le larde de coups de couteau, le force à lâcher sa proie ; Joseph Panafieux en est quitte pour une joue arrachée que la Bête, en trois coups de dents, mange sur place. Mise en goût, elle attaque une seconde fois le groupe terrifié, renverse l’une des fillettes d’un coup de son horrible museau, mord un des garçons à la lèvre – il s’appelait Jean Veyrier – le saisit par le bras et l’entraîne.

Un autre, qui a trop peur, crie qu’il faut sacrifier celui-là et profiter, pour s’enfuir, du temps que la Bête mettra à le manger. Mais Portefaix déclare qu’ils sauveront leur camarade ou qu’ils périront tous. Ils le suivent, même Panafieux qui n’a plus qu’une joue et que le sang aveugle; tous, hardiment, piquent la Bête, cherchent à lui crever les yeux ou à lui couper la langue; ils l’acculent dans un bourbier, où, s’enlisant, elle lâche l’enfant qu’elle tient. Portefaix se jette entre elle et lui, cogne à grands coups de bâton sur le groin du monstre qui recule, se secoue et s’enfuit.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:53:32 pm
Le procès-verbal authentique de cet exploit fut envoyé à Mgr l’évêque de Mende qui l’adressa au roi. Celui-ci décida que chacun des sept petits paysans de Chanaleilles toucherait trois cents livres sur sa cassette et que le jeune Portefaix serait élevé aux frais de l’État. Il fut placé, quelques mois plus tard, chez les Frères de Montpellier : disons pour n’y plus revenir, qu’après de brillantes études, il entra dans l’armée et mourut en 1795, lieutenant d’artillerie coloniale.

La France entière connut, par les gazettes, les complaintes et les images, cet épique combat; si la célébrité d’André Portefaix fut immédiate, la renommée de la Bête s’accrut de l’aventure. De tous les points du royaume – de Marseille et de Gascogne surtout – des héros s’offraient pour en débarrasser le Gévaudan. Le moindre tireur d’alouettes rêvait de ce beau coup de fusil, d’autant plus que le roi promettait une prime de 9 400 livres à l’heureux chasseur qui triompherait de l’invincible et mystérieux animal.

Les gens timorés eux-mêmes ne se désintéressaient point de ce malheur public, et imaginaient les stratagèmes les plus prudents : l’un émettait l’idée saugrenue de fabriquer des "femmes artificielles" qu’on ficherait sur des piquets à l’orée des bois fréquentés par la Bête. C’était très simple : un sac en peau de brebis pour simuler le corps, deux autres, plus allongés, représentant les jambes; le tout surmonté d’une vessie peinte en manière de visage et remplie d’éponges imbibées de sang frais, mêlées à des boyaux assaisonnés de poison, de façon à forcer la Bête vorace à avaler sa propre fin.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:53:43 pm
Un autre proposait d’élire vingt-cinq hommes intrépides, de les revêtir de peaux de lions, d’ours, de léopards, de cerfs, de biches, de veaux, de chèvres, de sangliers et de loups, avec un bonnet de carton garni de lames de couteaux : chacun de ces déguisés devait être porteur d’une petite boîte contenant douze onces de graisse de chrétien ou de chrétienne mêlée à du sang de vipère, et muni de trois balles carrées mordues par la dent d’une jeune fille... Un troisième avait inventé une machine infernale composée de trente fusils à la gâchette desquels trente cordes attachées devaient être mises en mouvement par les contorsions d’un veau de six mois se débattant à l’aspect de la Bête.

Tandis que les fantaisistes s’ingéniaient, celle-ci continuait ses ravages, et son audace semblait croître. Vers le 15 janvier, elle déchira un enfant de quatorze ans, Jean Châteauneuf, de la paroisse de Crèzes. On célébra pour la victime un service à l’église du village, et le lendemain, au crépuscule, comme le père de Châteauneuf pleurait dans sa cuisine, la Bête vint le regarder par la fenêtre; elle posa ses pieds de devant sur l’appui de la croisée. Châteauneuf aurait pu la saisir par les pattes, mais il n’osa pas. Le 2 février, elle traversa au petit trot le village de Saint-Amant, à l’heure où les paysans assistaient à la grand-messe; elle espérait pénétrer dans quelque maison et y trouver des enfants, mais toutes les portes étaient bien fermées, et elle s’en alla, dépitée, après avoir fureté partout.

Alors, une grande chasse fut organisée : Duhamel donna l’ordre à soixante-treize paroisses; 20.000 hommes répondirent à son appel; les seigneurs de toute la région se mirent à la tête de leurs paysans; et cette formidable armée entre en campagne le 7 février. Le pays était couvert de neige; il fut facile de relever la piste de la Bête et de suivre sa trace. Cinq paysans du Malzieu la tirèrent : elle tomba en poussant un grand cri, mais se releva aussitôt et disparut... Comme, le lendemain, on trouva le corps d’une fillette de quatorze ans, dont elle avait, d’un coup de gueule, tranchée la tête, on fit de ce cadavre un appât, disposé en bonne place et entouré d’une ligne d’habiles tireurs bien cachés, mais la Bête se méfia et ne se montra plus.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:53:55 pm
Le découragement fut immense; ces chasses infructueuses, les exigences des dragons, les dépenses que leur séjour imposait aux habitants ruinaient le pays que la peur, au reste, paralysait au point qu’on n’osait plus mettre le bétail aux pâturages et que les marchés restaient déserts. Jamais si lamentable catastrophe n’avait frappé le Gévaudan, et nul ne pouvait prévoir la fin du fléau.

Il y avait alors en Normandie un vieux gentilhomme, nommé Denneval, dont la réputation de louvetier était grande. Il avait, en son existence, tué, assurait-il, douze cents loups; les exploits de la Bête du Gévaudan troublaient son sommeil : il entreprit le voyage de Versailles, parvint à se faire présenter au roi Louis XV, offrit ses services, qui furent acceptés. Il jura à Sa Majesté qu’il tuerait la Bête, la rapporterait empaillée à Versailles, afin que tous les seigneurs de la cour fussent témoins de son triomphe. Le roi lui souhaita bonne chance et Denneval se mit en route.

Le 19 février il arrivait à Saint-Flour avec son fils, deux piqueurs et six énormes dogues : pour ne point fatiguer leurs chiens, les Normands voyageaient à petites journées, ce dont la Bête profita pour dévorer – à raison d’un par jour, environ – une vingtaine d’enfants.

Denneval procéda avec une sage lenteur à ses préparatifs : il voulait étudier savamment l’insolite gibier qu’il se préparait à chasser. À le voir si méticuleux, les paysans trépignaient d’impatience; ils avaient repris confiance à l’annonce de cet homme providentiel envoyé par le roi, et ne doutaient pas que, du premier coup de mousqueton, il ne les débarrassât de la Bête. Mais lui ne se hâtait pas : il explorait prudemment le pays, relevait çà et là les passées du fauve, et constatait que chacun de ses bonds avait, en terrain plat, une longueur de vingt-huit pieds. Il en concluait que "cette Bête n’est nullement facile à avoir". D’ailleurs, ses chiens étaient restés en route et il lui fallait les attendre avant de se mettre en chasse.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:54:09 pm
Et puis, il ne voulait pas de rival, et il fit comprendre qu’il ne tenterait rien si Duhamel et ses dragons ne se retiraient. Discussions, intrigues à ce sujet, le temps passait et la Bête ne jeûnait pas : le 4 mars, elle dévorait, à Ally, une femme de quarante ans ; le 8, au village de Fayet, elle mangeait une fille de vingt ans; le 11, dans un hangar, à Mallevieillette, elle déchirait en lambeaux une fillette de cinq ans ; méfaits semblables le 12, le 13, le 14, et en des endroits si distants qu’on ne pouvait s’expliquer la rapidité de ses courses. Ce perpétuel vagabondage inspirait par toute la France tant de terreur que, certains accidents similaires s’étant produits aux environs de Soissons, on publia partout que la Bête du Gévaudan ravageait à la fois l’Auvergne et la Picardie !

Denneval, très calme, cependant, prétendait agir sans concurrents. Duhamel s’obstinait à ne point quitter la place... Et la Bête mangeait le monde !

Il serait oiseux de détailler les disputes du Normand et du dragon; comme bien on pense, c’est le Normand qui l’emporta : Duhamel battit en retraite, avec ses soldats, et quitta le pays, fort dépité d’abandonner à son rival la victoire; car nul doute que maintenant, libre de ses mouvements, le terrible louvetier ne triompherait bientôt de la Bête. Hélas ! Durant trois mois, il lui donna la chasse sans l’atteindre; les 10.000 paysans qu’il avait mis sur pied ne réussirent qu’à tuer une pauvre louve, qui pesait à peine quarante livres, et dans le corps de laquelle on trouva quelques chiffons de linge et du poil de lièvre.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:54:25 pm
En vain Denneval se résolut-il à des expédients indignes de sa grande renommée; en vain empoisonna-t-il un cadavre qu’il exposa en manière de piège, aux environs d’un bois où la présence du monstre avait été signalée : celui-ci déchira le cadavre, en fit un bon repas, et ne parut pas s’en porter moins bien. Après dix semaines de battues et d’embuscades, après tant et tant de fusillades et de traquenards, il fallut bien convenir qu’il se moquait des gens, des balles et du poison. Les plus zélés chasseurs se décourageaient; Denneval se lamentait d’être mal secondé; les paysans riaient de lui et le déclaraient incapable de tuer le moindre lapin. Les esprits s’aigrissaient; le ton de la correspondance officielle, même, devenait acerbe, et l’on reprochait au Normand de trop ménager ses pas, sa peine et ses chiens.

Ce fut un beau temps pour la Bête. Elle se montrait journellement et ne se privait de rien. La liste de ses carnages est terrifiante : elle dévora, à la Clause, une première communiante, Gabrielle Peissier, dont elle arrangea si proprement la tête coupée, les vêtements et le chapeau, que lorsqu’on découvrit les restes de la fillette on la crut simplement endormie. Le 18 avril, elle tue un vacher de douze ans, le saigne comme aurait fait un boucher, mange ses joues, ses yeux, ses cuisses et lui disloque les genoux. À Ventuejols, elle égorge une femme de quarante ans, puis deux filles dont elle suce tout le sang et arrache le coeur...

Il n’est point de village dans le Gévaudan dont les registres de paroisse ne portent, dans cette période de printemps de 1765, maintes sinistres mentions de ce genre : "Acte de sépulture du corps de... mangé en partie par la Bête féroce..." Toujours aperçue, traquée, fusillée, poursuivie, empoisonnée, et aussi toujours affamée, elle reparaissait chaque jour et semblait s’amuser de la terreur qu’elle inspirait : on la voyait, de loin, s’embusquer auprès d’un buisson, s’asseoir sur son derrière, et gesticuler avec ses pattes de devant, comme pour narguer ses futures victimes.

Le bruit de ses exploits avait passé les mers; les Anglais, se sentant bien à l’abri dans leur île, se moquaient fort des terreurs du Gévaudan : une gazette de Londres annonçait plaisamment qu’une armée française de cent vingt mille hommes avait été défaite par cet animal féroce qui, après avoir dévoré vingt-cinq mille cavaliers et toute l’artillerie, s’était trouvé le lendemain vaincu par une chatte dont il avait mangé les petits.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:54:38 pm
C’en était trop : l’honneur du pays se trouvait en jeu, Louis XV, qui ne s’émouvait pas facilement, comprit qu’il fallait agir et donna l’ordre à son premier porte-arquebuse, M. Antoine de Bauterne, de se rendre immédiatement en Gévaudan et de lui rapporter à Versailles la dépouille du monstre. Cette fois, on fut rassuré : la Bête allait périr puisque tel était l’ordre de Sa Majesté.

Antoine, son fils, ses domestiques, ses gardes, ses valets et ses limiers, arrivèrent à Saugues le 22 juin. M. le porte-arquebuse commença par congédier Denneval; puis il réquisitionna des hommes de peine pour porter ses bagages et soigner ses chiens. Il agissait en grand seigneur, sûr de n’avoir pour vaincre qu’à paraître. Ce qu’ayant appris, la Bête lui porta un défi : le 4 juillet, en plein midi, elle enleva une vieille femme, Marguerite Oustalier, qui filait à la quenouille dans un champ voisin de Broussoles, et la laissa morte après lui avoir arraché la peau du visage.

En sa qualité de porte-arquebuse du roi, de lieutenant de ses chasses et de chevalier de Saint-Louis, Antoine voulut demeurer impassible; il organisa quelques reconnaissances qui ne donnèrent aucun résultat. Les paysans ne se gênaient pas pour dire qu’il coûtait plus cher et n’en faisait pas plus que les autres. Ce fut une bien autre surprise quand, après trois mois de tâtonnements et de ripailles, on le vit partir, avec tout son équipage, pour une partie de l’Auvergne où la présence de la Bête n’avait jamais été signalée. Il alla jusqu’au bois de l’abbaye de Chazes, où les loups étaient nombreux. Le 21 septembre, il se trouvait là, à l’affût, quand il vit venir à lui un animal de forte taille, la gueule ouverte et les yeux en sang. Nul doute : c’était la Bête ! Antoine tira : la Bête tomba ; elle avait reçu la balle dans l’oeil droit. Elle se releva pourtant, mais une seconde balle l’atteignit en plein corps; elle roula "raide morte".


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:54:53 pm
Antoine et tous ses gardes se précipitèrent : la Bête pesait cent trente livres ; elle mesurait cinq pieds sept pouces de longueur, avait des dents et des pieds énormes. C’était, d’ailleurs, un loup, un vulgaire loup, qu’on rapporta triomphalement à Saugues, où le chirurgien Boulanger procéda à l’autopsie. On convoqua sept ou huit enfants qui, naguère, avaient vu la Bête et qui, sévèrement interpellés par M. le porte-arquebuse, déclarèrent qu’ils la reconnaissaient. Du tout il fut dressé procès-verbal et M. de Ballainvilliers, intendant d’Auvergne, écrivit à Sa Majesté une lettre enthousiaste pour La remercier de ce qu’Elle avait daigné secourir Son bon peuple de Gévaudan. Le cadavre de la Bête, transporté sans délai à Clermont, fut empaillé et expédié à Fontainebleau, où se trouvait la cour : le roi rit beaucoup de la simplicité de ces bons paysans dont la superstition avait transformé un simple loup en une bête apocalyptique.

Néanmoins pour avoir à tout jamais débarrassé le royaume de ce cauchemar, Antoine fut nommé – ce qui paraît invraisemblable – grand-croix de l’ordre de Saint-Louis, et reçut mille livres de pension ; son fils obtint une compagnie de cavalerie, sans compter qu’il gagna une fortune en exhibant à Paris la Bête du Gévaudan ; dix ans plus tard, on la montrait encore dans les foires de Province. Elle était donc bien officiellement morte et l’on n’y pensa plus.

Il n’en était point de même en Gévaudan. Il se trouvait là des incrédules pour assurer, sauf respect, que M. Antoine n’était qu’un mystificateur ; que, du moins, par trop d’empressement d’obéir aux ordres du roi, il avait bien tué une bête, mais que ce n’était pas la Bête. Pourtant, celle-ci ne se montrait plus – par courtisanerie sans doute, car les bonnes gens assuraient qu’on la renverrait bientôt.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:55:10 pm
On la revit, en effet. Dès les premières neiges, elle enleva une fille de Marcillac, fit son second repas d’une femme de Sulianges dont elle ne laissa que les deux mains... Les curés, sur les registres paroissiaux, eurent, de nouveau, à transcrire : «J’ai enterré, dans le cimetière du village, les restes de... dévoré par la Bête féroce qui parcourt le pays.» Elle avait, en effet, repris ses courses vagabondes et, à compter du 1er janvier 1766, elle se montra tous les jours.

C’était bien elle ! On ne pouvait s’y tromper : comme jadis, elle enlevait quotidiennement un enfant ou une femme ; comme jadis, elle venait, le soir, dans les villages, poser ses pattes sur l’appui des fenêtres et regarder dans les cuisines. Et ce n’était pas un loup ; tout le Gévaudan l’aurait attesté sous serment : depuis deux ans, on avait tué dans la région cent cinquante-deux loups, et les paysans ne s’y trompaient pas.

Il y eut des faits tragiques extraordinaires. Deux petites filles de Lèbre jouaient devant la maison de leurs parents, quand la Bête, survenant, se jeta sur l’une d’elles et la saisit dans ses crocs. L’autre fillette, espérant défendre sa soeur, sauta sur le dos du monstre, s’y cramponna et se laissa emporter. À ses cris, les villageois accoururent... trop tard : la tête d’une des enfants était déjà séparée de son corps ; l’autre petite avait le visage en lambeaux. Un paysan, Pierre Blanc, lutta un jour avec la Bête durant trois heures consécutives. Quand ils étaient trop essoufflés, lui et elle se reposaient un peu, puis ils reprenaient le combat. Pierre Blanc la vit de près ; il affirma qu’elle se plantait sur ses pattes de derrière pour mieux allonger des coups de griffes, et qu’elle paraissait "toute boutonnée sous le ventre".


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:55:24 pm
Le Gévaudan suppliait qu’on lui vînt en aide ; mais ses lamentations restaient sans échos. L’intendant de la province ne voulait pas encourir la disgrâce, en réveillant une affaire que Versailles déclarait depuis longtemps terminée. Reparler de la Bête, c’eût été en quelque sorte désavouer le roi, ou, tout au moins, insinuer qu’on l’avait trompé. Risquer d’impatienter Sa Majesté pour quelques malheureux paysans de plus ou de moins, quel courtisan aurait eu cette audace? La Bête était morte. M. Antoine l’avait tuée, voilà qui était définitif : il n’y avait plus à y revenir.

Et toujours, toujours, la Bête mangeait le monde. Le 19 juin 1767, après un grand pèlerinage à Notre-Dame-des-Tours, où toutes les paroisses du pays se rendirent, le marquis d’Apcher, l’un des seigneurs du Gévaudan, organisa une battue ; au nombre des chasseurs se trouvait un rude homme, du nom de Jean Chastel. Il avait soixante ans, étant né vers le commencement du siècle, à Darmes, près de la Besseyres-Sainte-Mary. C’était un gars robuste et pieux, que toute la région estimait pour son honnêteté scrupuleuse et sa bonne conduite.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:55:38 pm
Jean Chastel se trouvait donc ce jour-là posté sur la Sogne-d’Auvert, près de Saugues. Il avait à la main son fusil, chargé de deux balles bénites ; il récitait ses litanies quand il vit venir à lui la Bête, "la vraie". Tranquillement il ferme son livre de prières, le met dans sa poche, retire ses lunettes, les plie dans l’étui... La Bête ne bouge pas ; elle attend. Chastel épaule, vise, tire, la Bête reste immobile : les chiens accourent au bruit du coup de feu, la renversent, la déchirent... Elle est morte. Son corps, chargé sur un cheval, est aussitôt porté au château de Besques; là, on l’examine et c’est bien "la Bête", ce n’est pas un loup. Ses pattes, ses oreilles, l’énormité de sa gueule indiquent un monstre d’espèce inconnue; en l’ouvrant, on trouve dans ses entrailles l’os de l’épaule d’une jeune fille, sans doute celle qui, l’avant-veille, a été dévorée à Pébrac.

On promena la dépouille de la Bête dans tout le pays, puis on la mit dans une caisse et Jean Chastel partit, avec ce triomphal et encombrant colis, pour Versailles. Là ne manqueraient point les savants pour diagnostiquer quel pouvait être cet animal fantastique; on verrait bien que M. Antoine s’était joué du roi. Par malheur, le voyage s’effectua par les chaleurs d’août; à l’arrivée, la Bête était dans un tel état de putréfaction qu’on se hâta de l’enterrer sans que quiconque eût le courage de l’examiner. De sorte qu’on ne saura jamais, jamais ce qu’était la Bête de Gévaudan. Chastel, cependant, fut présenté au roi, qui se moqua de lui. Le brave homme soupçonna toujours qu’il était victime d’une intrigue de cour; il n’était pas de taille à protester; il courba le front, et revint au pays, où le receveur des tailles lui compta, pour toute gratification, soixante-douze livres.

Mais le Gévaudan fut moins ingrat que Versailles; Jean Chastel en devint le héros. Son nom, après un siècle et demi, y est connu de tous; un écrivain local lui consacra un poème épique qui ne compte pas moins de 360 pages et dont l’élaboration dura vingt ans; la mort du monstre y est pittoresquement contée : on y voit le hardi chasseur


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:56:02 pm
Ajustant son fusil ; le coup part, et la bête
Vomit des flots de sang. Certain de sa conquête,
Voyant que tout effort, tout cri sont superflus,
Chastel s’écrie : Bête, tu n’en mangeras plus !

À la Sogne-d’Auvert – est-il nécessaire de l’ajouter? – certains assurent qu’au lieu même où a été tuée la Bête, "l’herbe ne vient pas plus haute une saison que l’autre" : elle y est, d’ailleurs, toujours rougeâtre, et aucun animal ne consent à brouter ce gazon maudit.

Georges LENÔTRE, Histoires étranges qui sont arrivées, 1933.
http://www.betedugevaudan.com/en/index.html


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:56:27 pm
    Légende :
Blanc = Sauf - Jaune = Blessé - Rouge = Mort

      
1764


Début juin
Fin juin
8 août
25 août
1er sepembre
6 septembre
16 septembre
26 septembre
28 septembre
7 octobre
8 octobre
10 octobre
10 octobre
19 octobre
25 novembre
15 décembre
16 décembre
18 décembre
20 décembre
23 décembre
24 décembre
27 décembre
27 décembre
27 décembre
27 décembre
28 décembre
30 décembre
      


Première attaque à Langogne, une femme - Blessée
Boulet Jeanne (14 ans) - Morte
Une jeune fille de Masmejan d'Allier (15 ans) - Morte
Un garçon de Chaylard l'Evêque (15 ans) - Mort
Un garçon au hameau de Pradels (Chaudeyrac) (15 ans) - Mort
Une femme des Estrets (36 ans) - Morte
Un garçon du hameau de Choisinès - Mort
Une fillette à Thorts - Morte
Une fillette de Rieutort de Randon (12 ans) - Morte
Jeune fille d'Apcher (20 ans) - Morte
Un garçon du Pouget (15 ans) - Blessé
Un garçon du village Les Caires (15 ans) - Blessé
Fillette Baradan (10 ans) - Blessée
Jeune fille de Grazières (21 ans) - Morte
Vally catherine (70 ans) - Morte
Chastang Catherine (45 ans) - Morte
Jeune homme de Chanteloube - Blessé
Jeune fille des Caires - Sauve
Fillette du Puech (Fau de Peyre) (12 ans) - Morte
Jeune fille de Prades - Morte
Garçonnet de Chaulhac - Mort
Jeune homme de Chaulhac - Sauf
Jeune homme de Saint privat du Fau - Sauf
Jeune fille de Pradels, Saint Chély d'Apcher (20 ans) - Morte
Jeune fille de Boussefol, Rieutort de Randon (20 ans) - Morte
Fillette de Saint Martin du Born, Rieurtort de Randon (12 ans) - Sauve
Martial Matthieu du Besset - Mort

27 personnes
18 tués - 5 blessés - 4 saufs


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:56:54 pm
        
1765


1er janvier
2 janvier
6 janvier
6 janvier
9 janvier
11 janvier
12 janvier
12 janvier
14 janvier
15 janvier
17 janvier
22 janvier
22 janvier
28 janvier
30 janvier
31 janvier
31 janvier
31 janvier
1er février
9 février
16 février
17 février
17 février
18 février
22 février
24 février
24 février
28 février
28 février
1er mars
8 mars
9 mars
11 mars
12 mars
13 mars
13 mars
13 mars
13 mars
15 mars
18 mars
20 mars
25 mars
28 mars
29 mars
29 mars
31 mars
3 avril
3 avril
5 avril
7 avril
8 avril
16 avril
18 avril
19 avril
22 avril
29 avril
2 mai
3 mai
3 mai
4 mai
4 mai
7 mai
10 mai
11 mai
12 mai
13 mai
19 mai
21 mai
24 mai
24 mai
24 mai
24 mai
24 mai
1er juin
1er juin
5 juin
11 juin
11 juin
16 juin
16 juin
20 juin
21 juin
21 juin
21 juin
21 juin
4 juillet
4 juillet
10 juillet
17 juillet
21 juillet
24 juillet
27 juillet
29 juillet
3 août
6 août
7 août
9 août
11 août
2 septembre
6 septembre
8 septembre
11 septembre
12 septembre
12 septembre

2 décembre
10 décembre
14 décembre
21 décembre
23 décembre
      


Limagne du Falzet (16 ans) - Mort
Chateauneuf Jean du mazel de Grèzes (14 ans) - Mort
Gervais Delphine des Escures - Morte
Jeune fille de Morsange - Morte
Fillette de Nasbinals - Morte
3 hommes des Laubies - Saufs
5 garçons et 2 fillettes du Villaret (9 à 13 ans) - Tous saufs
Un garçon du Mazel de Grèzes - Mort
Un garçon de Lescure (13 ans) - Mort
Boyer catherine (20 ans) - Blessée
Un homme du Mazel de Grèzes - Sauf
Tanavelle Jeanne de Chabanol (25 ans) - Morte
Fillette de Venteuges (3 ans) - Morte
Fillette de Lastic (11 ans) - Blessée
Jeune fille de Montchamp - Blessée
Jeune fille de Lorcières - Morte
Jeune fille de Charmensac (14 ans) - Blessée
Jeune fille du Villaret - Morte
Garçonnet de Javols (8 ans) - Blessé
Rousset Marie de Mialanes (14 ans) - Morte
Un homme près de la Chapelle-Laurent - Sauf
Une femme de la Chapelle-Laurent - Sauve
Un garçonnet près de la Chapelle-Laurent - Mort
Une jeune fille - Blessée
Un garçonnet dans le village de Javols - Blessé
Une jeune fille de La Molle (18 ans) - Blessée
Un enfant de Pénaveyre - Mort
Une femme des Escures - Blessée
Une fillette de Chabrier (8 ans) - Morte
Une fillette dans le village du Fau de Brion - Morte
Une fillette du Fayet (10 ans) - Morte
Une femme de Ligonès (30 ans) - Morte
Pougnet Marie de Fontans (5 ans) - Morte
Jeune fille de Saint Alban - Sauve
Un garçonnet de'Albaret Sainte Marie - Sauf
Un enfant de Prunières - Sauf
Famille Jouve de La Bessière, Fillette (9 ans), garçonnet (6 ans) - Blessée - Mort
Garçonnet de Chanaleilles - Mort
Un enfant de Thoras - Mort
Jeune garçon de Saint Chély - Sauf
Un enfant d'Aumont (6 ans) - Mort
Deux femmes d'Aumont - Saufs
Un enfant de La fage-Montivernous - sauf
Fontugne François (9 ans) d'Aumont - Mort
Un jeune homme d'Aumont (14 ans) - Sauf
Un enfant de Fournels - Sauf
Gibelin Jacques de Bergougnoux (10 ans) - Mort
Annez Delphine de Saint Denis en Margeride (14 ans) - Morte
4 enfans dont deux seront tués à Donnepau - Mort
Pélissier Gabrielle de La Clauze (17 ans) - Morte
Une fillette de Chaudeyrac - Morte
Un homme de Chaudeyrac - Sauf
Charrade Martial du Besset (13 ans) - Mort
Un enfant de Paulhac - Mort
Une jeune fille (12 ans) et un garçon (15 ans) de Couffours - Blessé
Fillette (12 ans) de Auvers - Morte
Une femme (50 ans) de Pépinet - Morte
Jeune fille (17 ans) de Nozeyrolles - Morte
Jeune fille (13 ans) du Besset - Morte
Un jeune fille (14 ans) de Chanteloube - Morte
Un enfant (5 ans) d'Auvers - Mort


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:57:15 pm
Un jeune homme de Saint-Amans - Sauf
Un garçonnet prèt du château de la Baume - Sauf
Quatre garçons vers le Mont Mouchet - Saufs
Un enfant d'Auvers - Mort
Un enfant d'Auvers - Sauf
Madame Barlier de Servilange (45 ans) - Morte
Un enfant de Mazeirac - Blessé
Martin Marguerite (20 ans) du Malzieu - Morte
Garçonnet (11 ans) de Amourettes - Blessé
Valès Marie (13 ans) de Julianges - Morte
Bony Marguerite (18 ans) de Marcillac - Blessée
Une femme agée de Saint Privat du Fau - Sauve
Une garçon (10 ans) de Nozeyrolles - Mort
Hugon Jeanne (11 ans) de Lair - Morte
Tuilhe Jean-Pierre (40 ans) - Blessé
Un homme de Pinols - Blessé
Une femme et sa fillette - Sauves
Fillette Baret (10 ans) de Varennes - Blessée
Fillette (11 ans) de Fayrolettes - Sauve
Un enfant (8 ans) au sud ouest de Montchavet - Mort
Un garçon (14 ans) de Pépinet - Mort
Une jeune fille (15 ans) près de Sauzet - Morte
Une fillette (11 ans) de La Pause - Blessée
Une fillette (12 ans) de Tombenis - Blessée
Oustallier Marguerite (68 ans) de Broussolles - Morte
Jeune fille de Julianges - Blessée
Deux femmes près de La Besse - Sauves
Deux garçonnets - saufs
Biscarrat Claude (9 ans) d'Auvers - Mort
Soulier Marguerite (25 ans) de Chabanol - Sauve
Trois enfants de Ruynes - saufs
Un enfant de Sauzet - Mort
Roussel Pierre (5 ans) de Servières - Blessé
Lèbre Guillaume et Crozatier Etienne (16 et 18 ans) - Saufs
Madame Cellier de Longchamp - Sauve
Anglade Jeanne (16 ans) du Besset - Morte
Vallet Marie-Jeanne (20 ans) et sa soeur (17 ans) - Sauves
Jeune fille (16 ans) de Dièges - Blessée
Jeune fille (18 ans) deLorcières - Sauve
Barlier Marie-Jeanne (12 ans) de la Vachèlerie de Paulhac - Morte
Quatre hommes près de Paulhac, Gouny Jean (30 ans) - Blessé
Tesseidre Jean (17ans) et Bastide Jacques (13 ans) - Blessés
Fillette (13 ans) de Pépinet - Morte

Couret Jean (14 ans) et Vidal Tourneix (7 ans) - Blessé
Deux femmes près de Lachamps - Sauves
Jeune homme de Paulhac - Blessé
Mourgues Agnès (12 ans) de Marcillac - Morte
Deux jeunes filles (15 ans) de Julianges - Blessée - Morte

141 personnes
56 tués - 32 blessés - 53 saufs
      
1766


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:57:32 pm
 Début janvier
Début février
12 février
14 février
Fin février
14 mars
20 mars
Fin mars
17 avril
24 avril
Fin avril

31 mai
3 juin
Mi juin
Mi juin
Fin juin
Début juillet
Mi juillet
20 juillet
Fin juillet
3 août
5 août
15 août
20 août
23 août
28 août
Fin août
Début septembre
12 septembre
15 septembre
Fin septembre
Début octobre
10 octobre
Courant octobre
1er novembre

 
      
Un enfant (8 ans) de La Vesseyre - Blessé
Une femme près de Julianges - Morte
Garçonnet de Julianges - sauf
Delmas Jeanne près de Lorcières - Blessée
Une jeune fille de Lorcières - Morte
Bompart Marie (8 ans) de Liconès - Morte
De La Salette Anthony près de Julianges - Sauf
Un enfant près de Montgrand - Mort
Lèbre Marguerite (7 ans) de La Pauze - Morte
Un homme près de Clavières - Blessé
Jeune fille de Sauzet - Blessée

Enfant Teisseidre (10 ans) dans le bois de la Sagette - Mort
Fillette (10 ans) de Lescoussouses - Blessée
Chassefeyre Joseph de Chanaleilles - Blessé
Jeune femme de La Besseyre Saint Mary - Morte
Un enfant de Servières - Blessé
Une femme près de Besseyre Sainte Mary - Morte
Un jeune homme (15 ans) de Besseyre Sainte Mary - Mort
Madame Fournier de Saint privat du Fau - Sauve
Freycenet Catherine (42 ans) de Vesseyre - Blessée
Valentine, fillette (12 ans) de Bugeac - Morte
Un enfant Peyralier, près de La Clauze - Sauf
Chabanel Anne (17 ans) de Vialevielle - Blessée
Un garçonnet près de Vesseyre - Blessé
Deux fillettes Lèbre de Bugeac - Blessée - Morte
Jeune fille (13 ans) d'Auvers - Morte
Fillette de Jean Meyronnec à Servière - Morte
Un jeune garçon de Servière - Mort
Cellier Jean-Pierre (12 ans) de Broussous - Mort
Madame Merle de Servière - Blessée
Fillette près de Montgrand - Morte
Simon Barthélémy (22 ans) près de Servières - Sauf
Un homme près deu mont Mouchet - Blessé
Une fille Blanc à la Brugeyre - Morte
Ollier Jean-Pierre (12 ans) près de la Soucheyre - Mort

36 personnes
19 tués - 13 blessés - 4 saufs
      
1767

2 mars
Courant mars
28 mars
Fin mars
4 avril
7 avril
10 avril
13 avril
16 avril
20 avril
22 avril
25 avril
29 avril
Début mai
Début mai
5 mai
5 mai
10 mai
13 mai
14 mai
16 mai
20 mai
23 mai
26 mai
27 mai
Fin mai
Fin mai
1 au 6 juin


11 juin
12 juin
Mi juin
18 juin       
Plantin Marie (11 ans) de Pontajou - Morte
Reboul marie (19 ans) à Vesseyre - Blessée
Pascal Anne-Marie (9 ans) près de Darnes - Morte
Denty Marguerite (32 ans) à Viallevielle - Blessée
Paulet jeanne (15 ans) au bord de la Desges - Morte
Soulier Louise à Nozyrolle - Morte
Loubat Etienne (9 ans) à Saint Privat du Fau - Mort
Enfant Blanc Anne de Bugeac - Morte
Paulet Thérèse du Ménial - Morte
Garçonnet dans le bois de Septols - Sauf
Garçonnet (8 ans) de Vesseyre - Blessé
Jeune fille (17 ans) près d'Auvers - Morte
De La rallère Rose à Nozeyrolles - Morte
Deux garçons (12 ans) - Saufs
Fils de Jacques Pignol (6 ans) - Blessé
Bastide Marie (48 ans) près de Servillanges - Morte
Coutarel Catherine à Nozeyrolles - Morte
Fille de La Clauze - Blessée
Védal Laurent (17 ans) près de Servières - Sauf
Védal Laurent (17 ans) même endroit - Blessé
Denty Marie (11 ans) de Septols - Morte
Laurent Antoine (12 ans) à Servières - Blessé
Deux jeunes filles de Comès - Sauve - Morte
Meyronnec Joseph (15 ans) près de Montchauvet - Mort
Hugon André à Nozeyrolles - Mort
Bergougnoux Baptiste à la Vachèlerie (attaqué deux fois) - Sauf
Une femme (40 ans) de La Roche - Morte
Laurent François (32 ans) et Moussier Barthélémy à Venteuges - saufs
Dentry Antoine à Vesseyres - sauf
Veyret Antoine à Pompeyrin - Sauf
Un enfant près de Desges - Mort
Chautard Catherine (9 ans) à Couffours - Morte
Enfant Barthélemy Guillaume à Servilanges - Mort
Enfant près de Desges - Mort

37 personnes
20 tués - 7 blessés - 10 saufs


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:57:44 pm


Dans ce morbide listing, je tiens compte de toute personne attaquée, directement (tuée, mordue, griffée..) ou indirectement (présente dans le groupe attaqué), ou attaquée à plusieurs reprises dans le temps (c'est arrivé).

Ce qui donne pour 324 attaques :
133 Tués - 57 blessés - 134 saufs

La bête du Gévaudan pendant ces trois années, fut d'une grande "efficacité".
Sur 100 personnes attaquées, il y a eu 50% de décès, 30% de blessées et 20% de personnes sauves.

Si l'on excepte les personnes secourues rapidement, le nombre de victimes indemnes devient proche de zéro, et le taux d'attaques mortelles est effrayant, plus de 80% !!

La pire période fut celle de décembre 1764 à juin 1765.
Les paroisses de Paulhac, Lorcières, Grèzes, Auvers, Saint privat du Fau, La Besseyres Sainte Mary, Servières, Julianges, Venteuges furent celles les plus soumises aux attaques de la bête. Toutes ces paroisses sont situées dans la région des Trois Monts.

Il faut se souvenir encore que les 324 attaques sont celles qui ont été rapportées dans les registres des paroisses et dans les procès-verbaux, ou encore par des récits transmis par des personnes dignes de foi, et "récoltées" par l'abbé Pourcher.

Mais il est certain que beaucoup d'autres attaques ne furent jamais mentionnées nulle part, soit par la volonté de certaines personnes, soit par l'impossibilité de les retranscrire.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:57:57 pm
(http://www.betedugevaudan.com/images/tete_bete_noir.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:58:23 pm
Les principaux personnages

- Louix XV : Roi de France

- Messieurs d'Enneval Père (Martin) et Fils : Louvetiers du Roi.

- François Antoine, dit Monsieur Antoine ou encore Antoine de Beauterne, Porte arquebuse du Roi, Grand Louvetier du Royaume, Chevalier de l’Ordre de Saint Louis.

- Jean-François-Charles de Morangiès, baron de Tournel et d'Allenc : Comte de Morangiès

- Duhamel : Capitaine Major de Clermont.

- Jean-Baptiste de Morin, Comte de Moncan : Gouverneur Militaire du Languedoc.

- Marquis d’Apcher

- Jean Chastel garde chasse des bois de la Ténazeyre et ses fils Pierre et Antoine.
- - Antoine : A vécu avec les Huguenots du Vivarais, cotoyé les galériens de Toulon, et prisonniers des Barbaresques en Afrique du nord qui l'auraient employé pour soigner et apprivoiser des animaux.

- L'abbé Trocellier : Curé d'Aumont

- Clément Charles de L'Averdy : Contrôleur des finances.

- Monseigneur Gabriel Florent de Choiseul Beaupré : Evêque de Mende

- Seigneur de Ballainvilliers : Intendant d'Auvergne

- Marie Joseph de Guignard de Saint Priest : Intendant du Languedoc.

- Etienne Lafont : Syndic du diocèse de Mende depuis 1749.

- Georges Louis Leclerc, Comte de Buffon : Conservateur du Jardin des Plantes de Paris, Membre de l’Institut.

- Louis Phélypeaux, Comte de Saint Florentin : Secrétaire d'Etat à la Maison du Roi

phpMyVisites


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:59:03 pm
Témoignages sur la bête
   

Le marquis d' Apchier habitant au château de Besques près de Charraix, menait depuis longtemps la chasse à la bête avec les gens de ses terres et c'est au cours de celle du 19 juin 1767 que Jean Chastel tua la bête (de sexe mâle). Un procès verbal conservé aux archives nationales et rédigé le 20 juin 1767 par maître Marin, notaire royal de Langeac, nous renseigne de la manière suivante :

 - "Monsieur le Marquis d’Apchier ayant fait transporter cet animal à son château de Besques, paroisse de Charaix nous avons jugé a propos de nous y rendre pour en faire la vérification et étant au château de Besques Monsieur le Marquis D’Apchier nous a fait représenter cet animal qui nous a paru être un loup. Mais extraordinaire et bien différent par sa figure et ses proportions des loups que l’on voit dans ce pays.
C’est ce que nous ont certifié plus de trois cent personnes de tous les environs qui sont venues le voir : plusieurs chasseurs et beaucoup de personnes connaisseuses nous ont effectivement fait remarquer que cet animal n’a des ressemblances avec le loup que par la queue et le derrière, sa tête comme on le verra par les proportions suivantes, est monstrueuse ! Ses yeux ont une membrane singulière qui part de la partie inferieure de l’orbite venant au gré de l’animal recouvrir le globe de l’oeil.
Son col est recouvert d’un poil très épais d’un gris roussâtre traversé de quelques bandes noires, il a sur le poitrail une grande marque blanche en forme de coeur, ses pattes ont quatre doigts armés de gros ongles qui s’étendent beaucoup plus que celles des loups ordinaires, elles ont ainsi que les jambes, qui sont fort grosses, surtout celles de devant, la couleur de celles du chevreuil, cela nous paru une observation remarquable parce que de l’avis de ces mêmes chasseurs (mot rayé dans le texte), personnes connaisseuses et de tous les chasseurs on n’a jamais vu aux loups de pareilles couleurs.
Il est encore paru apropos d'observer que ses côtes ne ressemblent pas à celles du loup ce qui donnait à cet animal la liberté de se retourner aisément, au lieu que les côtes des loups étant obliquement posées ne leur permettent pas cette facilité.

Les proportions que nous avons fait prendre de cet animal sont :
Longueur depuis la racine de la queue jusqu' au sommet de la tête, trois pieds : ( 99 cm)
Depuis le sommet de la tête jusques entre les deux grands angles des yeux six pouces : ( 16,2 cm)
Des grands angles des yeux jusqu' au bout du nez, cinq pouces : ( 13,5 cm)
Largeur d’une oreille a l’autre, sept pouces : ( 18,9 cm)
Ouverture de la gueule, sept pouces : ( 19 cm)
Largeur horizontale du col, huit pouces six lignes : ( 22,9 cm)
Largeur des épaules, onze pouces : ( 29,7 cm)
Largeur a la racine de la queue, huit pouces six lignes.
Longueur de la queue, huit pouces : ( 21 cm) ???
 ( alors que la queue est toujours décrite comme trés longue ? Y aurait-il là une erreur de transcription ?)
Diamètre de la queue, trois pouces six lignes.
Longueur d’oreille, quatre pouces six lignes.
Largeur du front au-dessus des oreilles, six pouces : ( 16,2 cm)
Distance entre les deux grands angles des yeux, deux pouces six lignes.
Longueur de l’humérus, huit pouces quatre lignes.
Longueur de l’avant bras, huit pouces.
Longueur de la dernière articulation jusques aux ongles, sept pouces six lignes.
Longueur de la machoire, six pouces : ( 16,2 cm)
Largeur du nez, un pouce six lignes.
Largeur des maxillaires inférieures, un pouce trois lignes.
Longueur des incisives, un pouce trois lignes.
Longueur des maxillaires inférieures, six lignes.
Longueur des maxillaires supérieures, un pouce une ligne.
Longueur de la langue, quatorze pouces depuis la racine : (37,8 cm)
Largeur des yeux, un pouce trois lignes : ( 3,3 cm)
Epaisseur de la tête, sept pouces.
Jambes de derrière, de la première à la seconde articulation, sept pouces deux lignes.
de la seconde à la troisième articulation jusqu'aux ongles, dix pouces.
Largeur des pattes, quatre pouces six lignes.
De la châtaigne au bout de la patte, six pouces.
( 1 pied = 33 cm, 1 pouce = 27.07 mm, 1 ligne = 1/12 de pouce, soit 2.25 mm.)

La mâchoire supérieure est garnie de six dents incisives. La sixième étant plus longue que les autres: Deux grandes lanières ou crochets éloignés des incisives et de la hauteur d’un pouce quatre lignes d’un diamètre de six lignes : trois dents molaires dont une assez petite et deux grosses, une quatrième molaire plus grosse que les autres et à laquelle est presque unie la cinquième et avant dernière qui est divisée en deux parties dont une s’étend perpendiculairement et l’autre s’allonge horizontalement dans l’intérieur du palais, et enfin une sixième molaire. La mâchoire inférieure est garnie de vingt deux dents, savoir six incisives, et de chaque côté une lanière semblable aux supérieures, sept molaires, la première très petite et éloignée de la lanière, les trois suivantes sont plus grandes et semblables à la 2° et 3° molaire supérieure, la cinquième plus grosse et longue est divisée en trois parties dont l’antérieure est moins longue, la sixième assez grande a deux éminences antérieures et latérales, la septième est trés petite et presque égale." (....)
"Ils nous ont aussi fait remarquer que cet animal, depuis la patte de devant jusqu'à l'épine, a la hauteur de 2 pieds 4 pouces et que ses yeux sont de la couleur rouge cinabre (rouge vermillon)."

Deuxième témoignage, provenant des Archives Départementales du Puy-de-Dôme : Une lettre écrite d'Auvergne à Mr le comte de ***, au sujet de la destruction de la vraie bête féroce qui ravageait le Gévaudan.

- "Monsieur de la M***  (...) fit son examen. Il observa que la tête était monstrueuse, d'une forme carrée, beaucoup plus large et plus longue que celle du loup ordinaire, le museau est un peu obtus, les oreilles droites et larges à leur base, les yeux noirs et garnis d'une membrane saillante trés singulière.
C'était un prolongement des muscles inférieurs de l'oeil. Ces membranes servaient à lui recouvrir à volonté les 2 orbites, en se relevant et se glissant par-dessous les paupières.
L'ouverture de la gueule était fort grande, les dents incisives semblables à celles d'un chien, les grosses dents serrées et inégales, le col trés large et court, garni d'un poil rude, extrêmement long et touffu, avec une bande transversale noire descendant jusqu'aux épaules, le train de derrière assez ressemblant à celui d'un loup, excepté l'énorme grosseur, les jambes du devant plus courtes que celles du derrière, plus levrettées que celles d'un loup ordinaire et couvertes, ainsi que le devant de la tête d'un poil fauve, ras et lisse, précisèment de la couleur de celles d'un chevreuil, le poil du corps fort épais et long, d'une couleur grisâtre tachetée de noir.
L'animal avait sur la poitrine une grande tache blanche, ayant la forme parfaite d'un coeur." (...)
"Nous prîmes la résolution de la décharner pour conserver son squelette. (...)
Ce que nous remarquâmes, avec étonnement, c'est la tête. Aprés avoir levé les téguments communs, nous aperçûmes une crête osseuse qui commençait à l'occipital. Elle avait environ 15 lignes de hauteur et se terminait insensiblement sur le frontal, toujours en diminuant. Nous enlevâmes une masse de chair musculeuse pesant plus de 6 livres qui recouvrait les pariétaux.
Ces muscles terminaient leurs attaches à la mâchoire inférieure et aux yeux.Lorsque toutes ces parties charnues furent enlevées, cette tête, si monstrueuse dans l'état naturel, n'offrit qu'une boîte osseuse un peu plus grosse que le poing." (...)
de Langeac, ce 6 juillet 1767. 

Sources : "La Bête du Gévaudan" par François Fabre, édition complétée par Jean Richard. Edition De Borée. 2002.

   
   
   
   


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 10:59:31 pm
Témoignages sur la bête
   

Le marquis d' Apchier habitant au château de Besques près de Charraix, menait depuis longtemps la chasse à la bête avec les gens de ses terres et c'est au cours de celle du 19 juin 1767 que Jean Chastel tua la bête (de sexe mâle). Un procès verbal conservé aux archives nationales et rédigé le 20 juin 1767 par maître Marin, notaire royal de Langeac, nous renseigne de la manière suivante :

 - "Monsieur le Marquis d’Apchier ayant fait transporter cet animal à son château de Besques, paroisse de Charaix nous avons jugé a propos de nous y rendre pour en faire la vérification et étant au château de Besques Monsieur le Marquis D’Apchier nous a fait représenter cet animal qui nous a paru être un loup. Mais extraordinaire et bien différent par sa figure et ses proportions des loups que l’on voit dans ce pays.
C’est ce que nous ont certifié plus de trois cent personnes de tous les environs qui sont venues le voir : plusieurs chasseurs et beaucoup de personnes connaisseuses nous ont effectivement fait remarquer que cet animal n’a des ressemblances avec le loup que par la queue et le derrière, sa tête comme on le verra par les proportions suivantes, est monstrueuse ! Ses yeux ont une membrane singulière qui part de la partie inferieure de l’orbite venant au gré de l’animal recouvrir le globe de l’oeil.
Son col est recouvert d’un poil très épais d’un gris roussâtre traversé de quelques bandes noires, il a sur le poitrail une grande marque blanche en forme de coeur, ses pattes ont quatre doigts armés de gros ongles qui s’étendent beaucoup plus que celles des loups ordinaires, elles ont ainsi que les jambes, qui sont fort grosses, surtout celles de devant, la couleur de celles du chevreuil, cela nous paru une observation remarquable parce que de l’avis de ces mêmes chasseurs (mot rayé dans le texte), personnes connaisseuses et de tous les chasseurs on n’a jamais vu aux loups de pareilles couleurs.
Il est encore paru apropos d'observer que ses côtes ne ressemblent pas à celles du loup ce qui donnait à cet animal la liberté de se retourner aisément, au lieu que les côtes des loups étant obliquement posées ne leur permettent pas cette facilité.

Les proportions que nous avons fait prendre de cet animal sont :
Longueur depuis la racine de la queue jusqu' au sommet de la tête, trois pieds : ( 99 cm)
Depuis le sommet de la tête jusques entre les deux grands angles des yeux six pouces : ( 16,2 cm)
Des grands angles des yeux jusqu' au bout du nez, cinq pouces : ( 13,5 cm)
Largeur d’une oreille a l’autre, sept pouces : ( 18,9 cm)
Ouverture de la gueule, sept pouces : ( 19 cm)
Largeur horizontale du col, huit pouces six lignes : ( 22,9 cm)
Largeur des épaules, onze pouces : ( 29,7 cm)
Largeur a la racine de la queue, huit pouces six lignes.
Longueur de la queue, huit pouces : ( 21 cm) ???
 ( alors que la queue est toujours décrite comme trés longue ? Y aurait-il là une erreur de transcription ?)
Diamètre de la queue, trois pouces six lignes.
Longueur d’oreille, quatre pouces six lignes.
Largeur du front au-dessus des oreilles, six pouces : ( 16,2 cm)
Distance entre les deux grands angles des yeux, deux pouces six lignes.
Longueur de l’humérus, huit pouces quatre lignes.
Longueur de l’avant bras, huit pouces.
Longueur de la dernière articulation jusques aux ongles, sept pouces six lignes.
Longueur de la machoire, six pouces : ( 16,2 cm)
Largeur du nez, un pouce six lignes.
Largeur des maxillaires inférieures, un pouce trois lignes.
Longueur des incisives, un pouce trois lignes.
Longueur des maxillaires inférieures, six lignes.
Longueur des maxillaires supérieures, un pouce une ligne.
Longueur de la langue, quatorze pouces depuis la racine : (37,8 cm)
Largeur des yeux, un pouce trois lignes : ( 3,3 cm)
Epaisseur de la tête, sept pouces.
Jambes de derrière, de la première à la seconde articulation, sept pouces deux lignes.
de la seconde à la troisième articulation jusqu'aux ongles, dix pouces.
Largeur des pattes, quatre pouces six lignes.
De la châtaigne au bout de la patte, six pouces.
( 1 pied = 33 cm, 1 pouce = 27.07 mm, 1 ligne = 1/12 de pouce, soit 2.25 mm.)

La mâchoire supérieure est garnie de six dents incisives. La sixième étant plus longue que les autres: Deux grandes lanières ou crochets éloignés des incisives et de la hauteur d’un pouce quatre lignes d’un diamètre de six lignes : trois dents molaires dont une assez petite et deux grosses, une quatrième molaire plus grosse que les autres et à laquelle est presque unie la cinquième et avant dernière qui est divisée en deux parties dont une s’étend perpendiculairement et l’autre s’allonge horizontalement dans l’intérieur du palais, et enfin une sixième molaire. La mâchoire inférieure est garnie de vingt deux dents, savoir six incisives, et de chaque côté une lanière semblable aux supérieures, sept molaires, la première très petite et éloignée de la lanière, les trois suivantes sont plus grandes et semblables à la 2° et 3° molaire supérieure, la cinquième plus grosse et longue est divisée en trois parties dont l’antérieure est moins longue, la sixième assez grande a deux éminences antérieures et latérales, la septième est trés petite et presque égale." (....)
"Ils nous ont aussi fait remarquer que cet animal, depuis la patte de devant jusqu'à l'épine, a la hauteur de 2 pieds 4 pouces et que ses yeux sont de la couleur rouge cinabre (rouge vermillon)."

Deuxième témoignage, provenant des Archives Départementales du Puy-de-Dôme : Une lettre écrite d'Auvergne à Mr le comte de ***, au sujet de la destruction de la vraie bête féroce qui ravageait le Gévaudan.

- "Monsieur de la M***  (...) fit son examen. Il observa que la tête était monstrueuse, d'une forme carrée, beaucoup plus large et plus longue que celle du loup ordinaire, le museau est un peu obtus, les oreilles droites et larges à leur base, les yeux noirs et garnis d'une membrane saillante trés singulière.
C'était un prolongement des muscles inférieurs de l'oeil. Ces membranes servaient à lui recouvrir à volonté les 2 orbites, en se relevant et se glissant par-dessous les paupières.
L'ouverture de la gueule était fort grande, les dents incisives semblables à celles d'un chien, les grosses dents serrées et inégales, le col trés large et court, garni d'un poil rude, extrêmement long et touffu, avec une bande transversale noire descendant jusqu'aux épaules, le train de derrière assez ressemblant à celui d'un loup, excepté l'énorme grosseur, les jambes du devant plus courtes que celles du derrière, plus levrettées que celles d'un loup ordinaire et couvertes, ainsi que le devant de la tête d'un poil fauve, ras et lisse, précisèment de la couleur de celles d'un chevreuil, le poil du corps fort épais et long, d'une couleur grisâtre tachetée de noir.
L'animal avait sur la poitrine une grande tache blanche, ayant la forme parfaite d'un coeur." (...)
"Nous prîmes la résolution de la décharner pour conserver son squelette. (...)
Ce que nous remarquâmes, avec étonnement, c'est la tête. Aprés avoir levé les téguments communs, nous aperçûmes une crête osseuse qui commençait à l'occipital. Elle avait environ 15 lignes de hauteur et se terminait insensiblement sur le frontal, toujours en diminuant. Nous enlevâmes une masse de chair musculeuse pesant plus de 6 livres qui recouvrait les pariétaux.
Ces muscles terminaient leurs attaches à la mâchoire inférieure et aux yeux.Lorsque toutes ces parties charnues furent enlevées, cette tête, si monstrueuse dans l'état naturel, n'offrit qu'une boîte osseuse un peu plus grosse que le poing." (...)
de Langeac, ce 6 juillet 1767. 

Sources : "La Bête du Gévaudan" par François Fabre, édition complétée par Jean Richard. Edition De Borée. 2002.

   
   
   


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:00:05 pm
The young Portefaix’s fight against the Beast

History of the fight of the 7 children from Villeret de Chanaleilles described by the priest of the parish
and requested by the substitute of the intendant of Languedoc in Mende.

Details of the ravages caused by the fierce Beast in the Vivarais and in the Gevaudan, in Auvergne and in Rouergue.

le combat de portefaixOn January 12, the fierce Beast attacked 5 little boys from the village of Villeret in the parish of Chanaleilles.

The three oldest were about eleven years old, the two others were only eight and two little girls of about the same age accompanied them. These children were looking after cattle, on the top of a hill. Each of them was armed with a stick bearing a 4 inches sharp iron blade.

The fierce Beast surprised them as they only saw it when it was near them; they gathered as fast as possible and they took a defensive position.
The Beast got around them two or three times and finally thrusted on one of the smallest boys. The three older boys swooped down on it, stung it on several occasions but could not pierce its skin. However, they made it loose its grip. It step back two feet away after having grabbed a piece of the right cheek of the boy and it ate in front of them this bit of flesh. Soon after, it re-attacked those children with a renewed fury; it took by the arm the smallest of them all and took her in its mouth; one of them was terrified and proposed to the others to escape while it was devouring the one it took but the oldest one, called Portefaix, shouted they had either to free their friend or to die along with him.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:00:16 pm
(http://www.betedugevaudan.com/images/bete_08.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:00:39 pm
Therefore they chased the Beast and bayed it in a swamp whose ground was so unstable that the Beast sank into it, slowing down its run. The children could join it and because they knew they could not pierce its skin with their sticks, they tried to hurt its head and especially its eyes. They stroke several blows to its mouth that was continuously wide-open but they never could reach its eyes. During that fight, the Beast always had the little boy under its feet but did not have the opportunity to bite him, as it was too busy dodgering the assaults.

Finally, these children harassed the Beast so constantly and so boldly that it dropped for the second time the little boy who was just slightly injured to the arm- by which the Beast had caught him - and wore a light scratch to his face.As the little band did not stop shouting with all his might, a man rushed up and shouted along with them. Hearing this new enemy, the Beast stood on its hind legs and ran away in a stream one mile further. Three men saw the Beast dive into it, go out of the water and roll around the ground for some time. Afterwards, the Beast took the road of Mazel and wolfed down a 15 year-old boy in the parish of Grozes in Gevaudan.

History of the fight of the young Portefaix and his friends against the fierce Beast on January 12, 1765.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:00:51 pm
On January 12, seven children from Villaret (parish of Chanaleilles), 5 boys and 2 girls, were looking after cattle on one the highest hill of the Gevaudan. The Beast attacked them. The 5 boys were: Jacques André Portefaix, 12 years old, 4’6 tall; Jacques Couston, 12 years old, 3’10 tall, Jean Pic, around 12 years old and of the same size, Joseph Panafieu, 8 years and a half, 3’5 tall, Jean Veyrier, 8 years old, same size. The two girls were Madeleine Chausse, 9 years old and Jeanne Gueffier.

Each of those children was armed with a sheath stick bearing a 4 inches sharp iron blade. They only saw the Beast when it was near them. They gathered quickly, drew their small weapons, crossed themselves and took a defensive position. Portefaix, their leader, was in front with Coustou and Pic who were the stronger. He placed the girls on the second row and behind the girls, Panafieu and Veyrier, the youngest. The Beast reached them and turned around them several times: they followed its move.

It grabbed the throat of Joseph Panafieu, one of the smallest, which was placed to the rear of the band. The three older boys pounced on the Beast, stung it on several occasions but they were never able to pierce its skin. However, they finally forced the Beast to loose its grip. It step back two feet away taking away a piece of the right cheek of Joseph Panafieu and ate it in front of them. Then the Beast came back even more furious, turning around them; it knocked down the youngest boy (Jean Veyrier) with its nose. Portefaix, Coustou and Pic kept the Beast at bay but it came back and bite the youngest boy to his lips, took his arm with its mouth and took him away. The whole band ran after the Beast, lead by Portefaix, and forced the Beast to come into a swamp that was 50 feet away. The Beast got stuck in the mud and the children were therefore able to catch up with it.


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:01:27 pm
One of them, who had put up a good fight, had lost heart when he saw the blood flowing out of the cheek of his cousin Joseph Panafieu and the little Veyrier in the mouth of the Beast. He had first proposed to the others to escape and to let the Beast eat the one it had caught. But Portefaix, their leader, shouted to join him and to free their friend or to die along with him. And all of them followed him, even the one who had a teared-off cheek. When he reached the Beast, he told them not to sting it by the rear, as it was impossible but to focus on its head and especially the eyes or to its constantly open mouth. They stroke the Beast several blows in the mouth and in the head but they could never hit the eyes.

During the fight, the Beast still kept under its legs the child it had caught but it could never bite him as it was busy dodgering the blows that the band tried to strike to its eyes or to its mouth. The Beast caught once the weapon of the small Portefaix that was damaged. After the last blow, the Beast jumped back, leaving the little Veyrier in the quicksand. As soon as it left him, Portefaix stepped between him and the Beast to prevent the Beast to pick up the child again.
The Beast withdrew on a butte. The children hounded it and routed it. It was verified that the man one speaks in the first history only showed himself when the Beast was already gone.

Document kept at the archives of Montpellier

Thanks a lot to Benoit Leclef for this nice translation


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:11:26 pm
(http://www.betedugevaudan.com/images/bete_08.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:13:01 pm
Le pays du Gévaudan

(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0057.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:13:29 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0001.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:14:35 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0056.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:14:56 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0055.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:15:17 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0054.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:15:43 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0053.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:16:06 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0052.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:16:28 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0051.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:17:03 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0050.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:17:27 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0049.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:17:57 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0048.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:18:48 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0047.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:19:18 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0046.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:19:41 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0045.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:20:33 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0044.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:20:55 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0043.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:21:30 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0042.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:21:51 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0041.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:22:18 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0040.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:23:02 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0039.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:23:25 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0038.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:23:58 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0037.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:24:55 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0036.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:25:29 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0035.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:26:25 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0034.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:26:46 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0033.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:27:23 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0033.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:28:05 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0032.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:28:22 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0031.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:28:41 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0030.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:30:33 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0029.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:30:56 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0028.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:31:21 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0027.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:32:43 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0026.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:33:24 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0025.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:34:01 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0024.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:34:46 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0023.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:35:30 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0022.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:36:08 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0021.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:36:34 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0020.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:37:06 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0019.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:37:42 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0018.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:38:11 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0017.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:38:54 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0016.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:39:38 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0015.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:40:11 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0014.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:41:03 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0013.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:41:28 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0012.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:41:58 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0011.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:42:19 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0010.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:42:41 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0009.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:43:03 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0008.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:43:33 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0008.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:44:12 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0006.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:44:46 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0005.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:45:13 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0004.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:45:39 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0003.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:46:12 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0002.jpg)


Title: Re: Beast of Gévaudan
Post by: the Coming Darkness on June 08, 2009, 11:46:48 pm
(http://www.betedugevaudan.com/igalerie/albums/lozere/gevaudan_0001.jpg)

http://www.betedugevaudan.com/en/index.html